Home Tags Posts tagged with "école anglophone"
Tag

école anglophone

Quand tu as un enfant tu imagines chaque étape de sa vie. Tu te projettes sur ses futures premiers mots, ses futures premiers pas, sa première purée, la première fois qu’il sera gardé, la première fois qu’il ira a l’école puis sa première rentrée en CP.

Me CP, cette classe de grand. Cette classe qui fait de ton enfant, plus un bébé, mais belle et bien un enfant en age de comprendre, s’exprimer, lire et écrire. Cette classe importante qui lui fera passé un cap. Comme la 6 ème, la 2 nde ou encore la fac!

Mais non pas cette fois

Cette année Belette n’ira pas au CP.

J’ai été déçu oui. C’est bête car je me projettais à la laisser cette fois au portail de l’école et ne pas l’accompagner dans sa classe directement. J’ai été déçu de ne pas avoir la liste classique de fournitures scolaire. J’ai été déçu qu’elle ne continue pas dans la petite école de campagne qui était tellement bien.

Je l’ai été été mais plus maintenant.

Belette rentrera en Maternelle dans une école anglophone dans la ville de Laval au Québec. Belette commence une nouvelle vie, comme nous, dans un nouveau pays.

Aujourd’hui belette à une chance inouïe, nous le voyons ainsi. Celle de pouvoir avoir accès à une scolarité qui la poussera à apprendre l’anglais, la baignant dans un univers bilingue. Anglais à l’école, français à la maison et en dehors de l’école.

Car oui que Québec, on parle le français. C’est obligatoire. C’est aussi normalement obligatoire de scolariser son enfant dans une école francophone. Même les enfants qui parlent anglais à la maison sont obligatoirement mis en école anglopone.

Alors pourquoi nous ne l’avons pas fait?

Nous avons un permis de travail provisoire, et donc rentrons dans les cases exceptionnelles qui nous permette d’avoir :

une autorisation temporaire à l’attention des enfants à charge :

–    D’un ressortissant étranger, ou d’un canadien (ou résident permanent) d’une autre province, venant au Québec temporairement pour travailler ou étudier.

On à donc sautez sur l’occasion pour lui donner une instruction bilingue qui lui permettra je l’espère plus tard beaucoup de chose!

C’est une école public, avec uniforme, qui possède des Maternelle ( 1 année) puis des Primaires.

Mais normalement au niveau français elle aurait du être en 1 ère année de primaire. Sauf qu’ici il faut avoir 6 ans révolu avant le 30 septembre. Belette est du 21 novembre…
Dans le système québécois classique, elle aurait été automatiquement en Maternelle. Ce qui en soit serait l’équivalent de perdre un an en France.

A l’école anglophone, on nous à laissez le choix au vu du vrai niveau scolaire de Belette. Cependant, après discussions avec le directeur, nous avons choisi de la laisser en Maternelle pour diverses raisons:

  • Cette année sera une année d’adaptation à la langue anglaise. Dans un bain totale immersif , il lui faudra quelques semaines pour comprendre et se faire comprendre. Lui laisser le temps, sans pression des apprentissages qui en 1 ère année  de primaire sont important, est plus logique.
  • Dans notre démarches, nous pensons aussi à elle, la maternelle étant une année plutôt de sociabilisation, d’apprendre à vivre en collectivité mais aussi d’échanges verbaux et d’expression orale en groupe. Nous avons pensez que de miser plutôt sur le dialogue cette année, serait bénéfique pour l’apprentissage de la langue.
  • Pas d’évaluation de niveau pendant un an. On lui laisses le temps d’acquérir la langue, de l’aisance d’abord orale, avant de lui faire subir les évaluations du premier trimestre de première année.
  • Pas de mise en difficulté, une année ou aussi les enseignants pourront peut être plus se mettre à son rythme. S’adapter à elle et ses acquis ou non acquis, par rapport à ses camarades (ici on dis « les amis ») .

 

Voilà une grande étape, que nous voyons vraiment comme une chance.

 

Oui mais et après?

Qui dis provisoire dis ponctuel. Oui et non. Nous ne savons pas de quoi demain est fait. Chaque minutes, jours, mois ou années doit être pris à fond. Et si demain elle doit retourner dans le système québécois classique, elle ira et cela sera super aussi.

C’est aussi un choix qui s’est aussi bien rapidement que réfléchit. Nous avons visité les deux écoles, discuté avec les deux directeurs, pris multiples infos et quand même du faire un choix rapide à 2 semaines de la rentrée scolaire.

Alors non, je ne dénigre PAS le système classique québécois, qui doit être aussi parfait. Mais nous qui voulions aussi en tirer de cette expérience à l’étranger une autre langue, nous ne l’avons pas retrouvé dans le système québécois.

Vous me direz qu’elle aurait parlé un peu a l’école, avec ses camarades et autres. OUI mais j’en suis navré je ne pense pas assez. Nous ne parlons pas anglais à la maison. Ce n’est pas notre langue maternelle, nous ne pratiquons pas en dehors du travail, et ici la vie est francophone. Je ne vois pas comment elle aurait appris et surtout gardé ses acquisitions juste de quelques échanges en anglais. Les peu d’heures à l’école (aucune en maternelle, 2h sur la semaine en primaire etc;..) ne sont pas assez pour ma vision des choses. Mon expérience personnelle peut être parle trop. Je suis le parfait exemple que malgré beaucoup de cours d’anglais, je n’étais pas capable de lire et m’exprimer avec 3 mots dans cette langue à 18 ans.

Je suis pour l’école de la vie, l’immersion totale est pour moi la meilleure des écoles.

Alors allons y, croisons les doigts pour une nouvelle aventure linguistique pour belette. Nous l’accompagnerons au début, la soutiendrons et aussi nous serons là si vraiment cela ne va pas. Si cela ne lui convient pas, nous la remettrons dans le système francophone sans aucun souci.

Alors vendredi nous La déposerons devant la grille, dans son ensemble blanc et bleue marine, pas sans ce pincement au cœur. Le meme que celui de tous les parents à la rentrée scolaire…

 

29 août 2017 1 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest