Home allaitement
Category

allaitement

L’allaitement c’est comme le portage un peu mon cheval de bataille!

L’allaitement est pour moi tellement affectif qu’il en est primordial dans ma relation mère/enfant. Alors j’aime m’informer sur tout ce qui y touche.

 

Niveau alimentation pas plus tard que tout à l’heure je discutais de l’éviction des protéines de lait de vache pour améliorer les coliques et le RGO de sa fille. Car oui notre façon de manger passe dans notre lait, dans le sens où une mauvaise alimentation peut ne pas être bénéfique à notre enfant. Les besoins nutritionnels sont alors plus importants pendant toute la phase de l’allaitement.

 

J’en parlais l’autre jour avec Le forum des tout petits, l’alimentation des 1000 jours de vie a une répercussion sur la croissance plus tard de notre enfant.

La mère qui allaite a besoin de tous ces nutriments : le fer, le calcium, l’iode, le zinc, le roflavine, les vitamines B6 et B12; l’acide folique (le même que vous preniez enceinte), les vitamines C et D, les acides gras oméga 3 et les protéines.

Découvrez comment elle s’articule dans notre ADN grâce à une petite animation super sympa!

Cela fait beaucoup de choses qu’on a parfois du mal à avoir dans notre alimentation par manque de connaissance, de temps, d’accès aux produits frais ou autres.

 

Pour cela il faut avoir une alimentation équilibrée. Favoriser les fruits et légumes de saison, car l’allaitement brûle beaucoup de calories.

Personnellement j’ai toujours perdu rapidement du poids pendant mes allaitements. J’ai récupéré mes poids d’avant grossesse, voire même moins! C’est pour dire que nos petits bouts nous mangent aussi de l’intérieur .

 

Pour info: À titre indicatif, pour une femme âgée de 19 à 45 ans, les besoins énergétiques quotidiens moyens vont de 9500 kJ (2300 kcal) à 10 000 kJ (2400 kcal). Lorsque vous allaitez, il est nécessaire de consommer 2200 à 2700 kJ supplémentaires (525 à 635 kcal). Votre besoin énergétique dépend également de votre niveau d’activité physique. Rappellez-vous cependant que votre énergie provient autant des couches de graisse stockées pendant la grossesse que de la nourriture que vous ingérez.

Source http://www.aptaclub.ch

Plus d’info ici

 

C’est pourquoi Milupa a développé toute une gamme d’aliments aidant à renforcer les nutriments qui viendraient à manquer.

A la base je trouve bizarre les alimentations destinés aux femmes enceintes ou allaitantes, mais il faut bien se l’avouer si cela nous permet de manger plus équilibré why not. Je prenais bien des gélules de compléments alimentaires, ici c’est la version plaisir. Et moi je craquerais bien pour les barres de céréales! Pas vous?

Milupa a developpé 4 produits phares:

  • Barre de céréales
  • Müsli
  • Benelecta (solution nutritionnelle en cas de douleur)
  • Des coussinets d’allaitement ultra-absorbants et discrets

et celui ci l’indispensable pour les fuites de nénés ^^

Bien sur le must est d’avoir une alimentation équilibré. 

 

Et vous en allaitant étiez vous gourmande ou non?

12 décembre 2015 0 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Cette semaine mondiale de l’allaitement se clôt avec le témoignage de F., alias Mum pas peur (mais chut sont blog est en cours de construction).

Merci à F. d’avoir partagé un peu de sa vie avec ces bébés.


 

« 2 bébés, 2 allaitements, 2 aventures, la même magie…

Avant de vouloir des enfants, je ne souhaitais pas allaiter : avoir un truc pendu à mon sein c’est pas pour moi, et puis je ne pas super tactile et je suis bien de trop pudique! Pourtant, j’ai été allaitée et il y a des femmes qui allaitent plus ou moins longtemps et de manière très différentes dans mon entourage: les discrètes, toutes en douceur, les douillettes, ça pince, ça fait mal au dos, et les plus intrusives, qui nous déballent tout, tout le temps, qui imposent, « regardez moi, j’allaite! » . Et ça ne me renvoie pas une très belle image de l’allaitement alors non, je n’allaiterais pas. Bref, j’étais pleine d’idées reçues, et puis il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis!

Enceinte pour la première fois, au fur et à mesure que mon ventre s’arrondi, des envies d’allaitement naissent. Je change d’avis et décide de donner la fameuse tétée d’accueil : je veux essayer, savoir si j’aime, si je suis à l’aise. J’ai peur de regretter si je ne le fais pas!
Mlle Z. est enfin là, elle est contre moi, elle grimpe, cherche mon sein, je l’aide un peu. La première tétée est à la fois magique et désagréable… Première tétée et première crevasse, elle tète mal ( j’apprendrais plus tard, lors d’une formation allaitement qu’elle a un frein de lèvre trop court). Mais cette proximité avec ma fille, ce lien que nous créons, je ne peux déjà plus m’en passer et je ne vois pas faire autrement, j’allaiterais ma fille! Les semaines passent, je sers les dents, mais je ne lâche rien ! D’autant plus que je ne peux pas m’occuper de ma fille comme je le voudrais, j’ai une tendinite à chaque poignets suite à une chute dans la baignoire pendant la grossesse… Et la dépression se fait de plus en plus présente. Les tétées sont nos moments à nous deux, sans ça j’aurais certainement sombré… L’entourage ne m’aide pas trop, des réflexions, des jugements… Heureusement, Mr mon Mari et ma maman sont d’un soutien sans failles.

IMG_0384Première tétée de Mlle Z, Je deviens Maman!

J’étais heureuse de retrouver mon corps:

 

Notre belle aventure durera 12 mois tout pile, avec des hauts et des bas (crevasses, confusion sein/tétine), et le jour de ses 1an, Mlle Z. a bu son premier biberon. Tout en douceur, elle ne m’a jamais réclamé de téter à nouveau et, de mon coté, j’étais heureuse de retrouver mon corps. Nous l’avons très bien vécu toutes les deux. C’était LE moment pour NOUS DEUX d’arrêter.

3 ans plus tard, Mr M. est en route, c’est évident, je l’allaiterais!

La première tétée est fantastique, ça m’avait manqué, ce contact, ses petites mains sur mon sein, ce regard, bébé qui tète goulûment… Mais je me rends vite compte qu’il tète trop souvent, toutes les 30 minutes environ, il y a un problème, je le sens… 1 mois après sa naissance, le diagnostique est posé: reflux gastro-oesophagien interne. On commence l’Inexium. Mr M. est aussi intolérant aux protéines de lait de vache, dort peu et se réveil 3/4/5 fois par nuit, enchaine les rhumes et les otites. Je suis fatiguée, pas par l’allaitement, mais par ce rythme infernal, nos nuits hachées malgré le cododo. Quand il dort c’est sur mon épaule ou dans l’écharpe.

Ma lactation baisse… Mais je n’ai pas le choix, il ne sait pas boire au biberon, on a tout essayé! L’idée m’a traversée plusieurs fois l’esprit mais même si je le voulais, je ne pourrais pas le sevrer! Et bizarrement, l’entourage on ne l’entend pas… Ils ont compris l’importance de l’allaitement pour nous. Des vitamines, une alimentation sans PLV et des réintroductions tests tous les mois: nous tenons bon, à 9 mois, Mr M. arrête l’Inexium et nous commençons la réintroduction des protéines de lait de vache, une belle victoire! Notre aventure lactée dure depuis 15 mois maintenant, nous n’avons pas vu le temps passer et je savoure nos moments en tête à tète, sa main qui caresse ma joue, mes cheveux, quand il lâche le sein et se redresse pour me faire un bisous, quand il éclate de rire quand je lui fais une grimace, cette complicité… Des instants magiques!

L’allaitement n’est pas qu’une affaire de maman. l’allaitement c’est un trio: bébé, maman et papa. Oui oui, papa a un rôle dans l’allaitement, un rôle très important malgré tous ces mythes comme quoi les papas ne se sentent pas impliqués car ils ne nourrissent pas leurs bébés. Ils sont tellement important! Les papas prennent la place qu’ils veulent bien prendre… 
Mr mon Mari est présent dans notre aventure depuis le début, il nous a protégée de tout son amour contre les réflexions et les jugements des ignorants, il m’a motivée dans les moments de doutes, il est mon soutient le plus précieux. Infiniment merci!

F. (Mum Pas Peur)
18 octobre 2015 0 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Après le témoignage de Charlyne, c’est au tour de Gaïa du blog Mum is bio, de nous témoigner de son allaitement dit « long »


 

« A l’Age de 17ans je suis partie en voyage humanitaire dans un petit village très retirée de la civilisation au Sénégal ! Et là sa été une évidence pour moi, voir toutes ces mères porter, allaiter, me semblais si normal et animal « Mais oui ! Je suis un mammifère et c’est ça que je veux pour mon avenir » ! Une maternité, simple, sans superflus, une proximité avec mon enfant…C’est LA vie que je veux, MON projet de vie !

Oui mais seulement j’avais que 17ans, et ça n’était pas le moment d’être maman, même si mes hormones me le demandais fortement. Ce qui m’a laisser 8ans pour pofiner ce projet ! Reportages tv, bouquin, articles, expériences de mes proches, évènement sur l’allaitement…Tout était passez en revu quand ENFIN ma louloute nous a fait la surprise de se loger dans mon bidon !

Alors oui personne n’allaite dans ma famille, ni celle de mon conjoint d’ailleurs, mais contre vent et marées j’allaiterais, et ce durant au moins 2ans ! Je suis déterminée et je l’assume !

Lors de ma grossesse je me suis rapprochée d’une association d’allaitement, et je ne regrette pas car, ma fille n’arrivais pas à téter, j’ai mis 7mois à enlever la téterelle, sans compter que j’ai commencé à la nourrir a la seringue. J’ai également connu lymphangite, engorgement, canal bouché…. Et le décès de maman de ma maman à son 5eme mois ! Une hospitalisation en urgence à 1an (une déchirure énorme pour moi, « pourvu que l’allaitement continu »), Et pour couronner le tout nous vivions en mobil home car nous rénovions notre maison !1

 

« Peu importe, la fatigue, et les obstacles, j’ai un objectif et je ne le lâcherais pas » !

J’ai finalement commencé à savourer pleinement mon allaitement quand la puce à eu 1an, alors il était hors de question d’arrêter ! Lors de son deuxième anniversaire, il était vraiment temps pour mon entourage, que j’arrête « cette mascarade » ! Alors pour les faire taire, je n’en parlais plus et l’allaitait seulement à la maison en comité privé et je disais « c’est vraiment bizzard les femmes qui allaitent jusqu’à 3ans » ! Lol

PicMonkey Collage

J’ai finalement décidé d’arrêter a 2ans ½ ! Je l’ai laisser chez mon papa 4jours en lui expliquant qu’il n’y aura plus de lait a ont retour ! Mais 1mois ½ Plus tard « je craque, elle a la gastro » et le mieux pour elle c mon lait ! On a donc continué une petite tété de temps en temps qui a fini par s’estomper à l’aube de ses 3ans (soit MON 4eme mois de grossesse « car oui bébé 2est en route, et bientôt une nouvelle aventure d’allaitement vas commencer) !

Je souhaite à tout le monde de vivre une aussi belle aventure que la mienne ! L’allaitement a quelque chose de magique, que personne d’autre que votre enfant peut vous offrir (le maitre mot est la persévérance) ! Et j’avoue que le la cerise sur le gâteau serais que ma louloute re goute mon lait un petit peut avec son frère ou sa sœur !

Gaia de « mumisbio »

17 octobre 2015 0 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Nous finissions les quelques jours qui reste avec la SMAN (semaine mondiale de l’allaitement) avec quelques témoignages que j’ai voulu tourné sur l’allaitement dit « long ».

Qu’est ce qui amène à continuer son allaitement après 1 an?

Pourquoi pour des personnes pour certaines pas convaincu d’allaiter avant la naissance de leurs enfants, en sont ils venu à faire un allaitement long. Après un an, deux ans voir plus? Se sont il mis des objectifs? qu’est ce qu’en milieu de parcours leurs on fait changer d’avis?

Aujourd’hui j’invite Charlyne à témoigner de son allaitement:

2 ans et une semaine, elle a 2 ans et une semaine et cela ça fait 2 ans et une semaine que je l’allaite

Tout a commencé avant sa naissance, a la base je n’étais pas très « partante ».

Le coté « accroché au sein », « dépendance » , me posait problème. Mais ça, c’était avant d’avoir essayé Puis je ne voulais pas me mettre la pression ! me dire absolument, je veux l’allaiter et ne pas y arriver Le papa, était a l’inverse plutôt pour. Les bienfaits pour le bébé, pour la maman, le coté pratique …

Un effet de bien être immédiat:

Bref, c’est donc le 7 octobre 2013 que l’aventure a commencée .La première tétée en salle d’accouchement a été magique ! Un effet de bien etre immédiat (même si la sage femme qui me l’a mise au sein était un peu « brutale » a mon gout ..) Le séjour a la maternité s’est bien passé, enfin on a du rester un peu plus longtemps que prévu car on ne la réveillait pas pour teter et du coup la montée de lait a tardée.

C’était un peu compliqué aussi parce que toute seule je n’arrivais pas bien a la mettre au sein, même si je trouvais les sage femmes un peu brutales, quand c’est son premier bébé et qu’on n’y connaît rien on laisse faire les professionnels . Il a d’ailleurs fallu que j’utilise des bouts de sein en silicone car mes tétons avaient du mal a sortir.

J’ai eu beaucoup de mal a m’en séparer car la petite s’était habituée mais un jour de pic de croissance, j’ai fini par réussir a lui enlever. J’ai eu une fois un engorgement en 2 ans et parfois quelques doutes Au retour de la maternité, elle régurgitait du coup je ne voulais plus allaiter pensant que c’était pas bon pour elle ! (les hormones ça aide pas !) puis comme elle faisait ses nuits en rentrant et ne les faisaient plus a 6 mois, on se demande si le lait est encore bon ..

Elle a été diversifiée qu’a 10 mois car pratiquant la motricité libre, elle ne s’asseyait pas toute seule donc nous avons attendu ce moment du coup toujours allaitée exclusivement. Le lait convenait encore parfaitement et en suite logique de l’allaitement nous avons pratiqué la DME.

Le sein c’est vraiment magique, le moindre pleur, bobo, et op on sort le néné magique et bébé est rassuré !

J’ai tiré pas mal mon lait au début car j’en avait beaucoup et j’avais prévu de la confier un peu quelques heures de temps a papa ou a mamie donc j’avais des réserves mais elle n’a jamais trop aimé le biberon.

Au début on se dit que ça va durer 6 mois puis on n’a pas le cœur a arreter alors on prend un congé parental et on vise un sevrage naturel.

Du coup ça fait 2 ans que ça dure, j’espère que ça durera encore longtemps car c’est vraiment un moment unique même si parfois les couchers sont interminables et on ne peut compter sur personne d’autre quand on a un enfant qui ne s’endort qu’au sein !

L’allaitement c’est la vie !

16 octobre 2015 1 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Après la semaine du portage (que lamentablement loupé mea culpa), c’est la semaine mondiale de l’allaitement.

Celle ci je ne pouvais manquer de faire un article.

Depuis que ma belette est né, allaiter est devenu une cause pour moi.

Mogette à aussi été allaité (pas assez longtemps à mon goût), et depuis je me suis investi dans une association locale de soutien à l’allaitement, Allô Allaitement 44.

Je suis devenu bénévole pour cette association,  en plus des milliards de choses que je fais à côté, mais j’y est trouvé dans cette asso depuis de super amies!

Je ne suis pas animatrice aux réunions par contre, car je n’ai pas suivi le dernier cyle de formation en présence de professionnel, comme Véronique Darmangeat, conseillère en allaitement sur Paris. Par contre je suis animatrice pour la branche rattaché: Parentage, qui touche là à la parentalité positive. Comme Allô Allaitement 44, il y à des réunions mensuels dans ma commune. Des réunions gratuites et mensuel, voir même desfois le soir, autour de sujet varié Montessori, Faber et Mazlish, le portage ou encore les premiers secours.

Bref je dérive ^^

 

Cette semaine de l’allaitement est tourné autour de l’allaitement et travail.

Mon témoignage:

J’ai allaité exclusivement ma belette et ma mogette jusqu’à leurs 8 mois environ. Elles ont été gardé à partir de 5 mois 1/2 chacune, chez une super nounou. Je travaillais pas mais je développais ma petite entreprise, entre chômage et quelques rendez vous pro, les faire garder était une facilité je l’avoue. J’admire ces mamans qui ont leurs boites et gardent leur enfants à la fois, où trouvent elles le temps de travailler à pars la nuit? (moi la nuit je dors…ou je câline celle qui pleure).

Donc vers leurs 5 mois chacune, j’ai commencé à tirer mon lait. Au départ je ne pensais pas pouvoir allaité à la reprise du travail, et puis j’ai découvert le tire lait, et le fait qu’on pouvait aussi ne donner que matins, soirs et week end.

Belette à du été en exclusif pendant 8 mois, puis j’ai dû passer chez la nourrice sur un biberon, en lait en poudre. Ma lactation avait subit une grosse baisse au tire lait et cela devenais pesant ces séances de tirage, le stress malgré tout de la quantité (même si la quantité de lait maternelle au biberon est moindre que du lait artificiel, c’est tout de même stressant).

Mais le soir et week end et même desfois la nuit, je l’ai allaité au sein. Cela à duré jusqu’à ses 18 mois ou petit à petit un sevrage naturel de sa part,est apparu.

Pour mogette cela à été plus compliqué. J’ai suivi le schéma de sa soeur,mais après un voyage au Brésil de 15 jours, ou la miss avait eu des bibs de lait maternel, mais aussi artificiel (je n’avais pas assez de réserve), elle n’a plus jamais revoulu du sein…malgré maintes tentatives, malgré de supers conseils d’une conseillère en allaitement, malgré tout.

C’est un grand regret hélas.

 

Pour en revenir à l’allaitement et travail. Je devais tirer pour mogette , entre midi et deux. C’était sport, après avoir manger, j’avais quand même la chance d’être chez moi conforatblement installé dans mon canapé. Mais hélas beaucoup non pas cette chance.

 

Je serais curieuse de savoir vous comment vous avez gérer votre allaitement à la reprise du travail? Si votre entreprise à installer pour vous un lieux de tirage? Comment vos collègues et hiérarchie l’a accueillit ?

dites moi tout!

 

Plus d’infos sur le site de la COFAM ici

 

14 octobre 2015 1 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest
les nuits de mogette

Depuis qu'elle est née mogette ne fait pas ces nuits. Ca encore c'est normal, elle n'a que 3 mois, on ne peut donc lui demander physiologiquement avant 6 mois de faire ces nuits.

Mais paraît il que faire ces nuits, pour une bébé, c'est faire 6h de dodo d'affilé, que disent les pédiatres.

Ca elle les fait souvent, même tous les jours de 20h à 2/3h du matin. Sauf quand on fait un peu de bruit et qu'elle se réveille à 23h. Elle est en cododo et donc très proche de nous. A 30cm en fait ^^.

Mais il lui arrive quand même de faire entre 2 et 4 réveils par nuits!

Et ça commence invariablement à tirer même si la journée je ne travaille pas, je me lève quand même à 7h45 pour emmener la grande chez la nounou. Donc mes 8h à peine de sommeil en pointillé m'usent à la longue comme je vous en ai déjà parlé.

A cette âge belette ne faisait plus qu'un ou deux réveils. Elle était dans sa chambre à elle depuis 1 mois aussi. Est ce dû à cela? Aujourd'hui je me pose la question…

Mais la configuration actuelle de notre maison n'est pas la même. Nous avons notre chambre au rez de chaussée, et la future chambre de mogette est à l'étage.

Si je venais à me lever pour l'allaiter je crois que mes nuits serait mon pire cauchemar!

Alors qu'elle est la solution? Je ne sais pas mais en tout cas je n'en parle pas au pédiatres car je sais que le discours sera comme il l'a été pour belette vers ces 7 mois: "ben voyons donné un biberon de lait en poudre pour compléter"….

NON MERCI mon lait couvre tout les besoins, je le sais.

Du coup belette à fait ces nuits 1 mois à peine après comme quoi…

Pour mogette comme je me demande desfois si c'est réveils sont dictés par la faim. Ca se trouve c'est juste des chouinements, mais comme je me réveille à la seconde et je je dégaine plus vite que mon ombre pour pas trop me réveiller, c'est un peu de ma faute?

Ou alors comme je suis à côté d'elle elle me sent et sans le lait et donc réclame?

Voilà j'en suis à me demander pourquoi le nombre de réveils ne réduit pas avec l'âge.

je conçois qu'elle ne fasse pas ces nuits avant encore plusieurs mois, mais au moins si elle pouvait réduire à un réveil ça serait pas mal!

Mogette si tu me lis ^^…..

8 mai 2014 3 comments
0 Facebook Twitter Google + Pinterest
C'est reparti pour une belle aventure!

Voilà déjà un mois, un beau moi que mogette et moi nous ne sommes plus qu'une.

Un mois que plusieurs fois dans la journée j'ai l'impression de le redevenir le temps d'une tétée. Cette tétée que j'ai dû arrêté il y a 10 mois environ, quand belette n'en à plus voulu.

J'étais alors triste que l'aventure allaitement ce termine, mais elle se terminais bien car elle avait décider par elle et non imposé. Un sevrage naturel, un sevrage en douceur.

J'ai voulu donc recommencer ce lien si fusionnel de l'allaitement avec mogette, et je suis heureuse de dire que cela fonctionne, et plus que bien.

Dès le début, en salle d'accouchement, elle à tétée. Tel un petit singe elle a grimpé vers mon sein, pour le prendre et téter. Puis elle à dormi beaucoup, on a ressayer en chambre et je crois que ça à bien marcher.

Si en fait ça à tellement bien marché que ma montée de lait à commencer en J+1. Elle a perdu du poid pendant 2 jours, et pour faire plaisir à ça maman, elle à repris son poid de naissance a J+3 pour notre sortie.

Sa soeur avait mis 9 jours à le récupérer.

Aujourd'hui ma petite mogette à passé la barre des 4kg3, elle à pris son petit kilos depuis un mois. Elle boit goulument, rapidement, ce qui n'est pas négligeable pourla fatigue.

Et contrairement au puericultrice qui nous oblige presque à faire durer la tétée 20 min, ici en 10min c'est pliée. Et pourtant elle prend bien du poid, comme quoi on peut avoir le lait plus gras même en tétant moins longtemps.

Tout est une question de débit.

Ca marche donc tellement bien que arpès les 2 semaines de ma montée de lait, je crois avoir un REF (réflexe d éjection fort). QUESAKO.

Le REF est le fait, qu'au lieu de sortir en gouttes à gouttes, le lait est expuls" dans la bouche de bébé comme un karcher.

Donc cela va trop vite pour bébé, il peut s'étrangler, avaler de l'air. Ca le gêne, s'enlève et pleure.

Ici mogette gère bien, elle fait des pauses, laisse couler le lait quand il y a trop plein dans sa bouche, mais desfois elle s'enlève. Et là c'est le vrai geysers! J'ai intérêt d'avoir à côté de moi un lange pour éponger. Malgré que j'essaie de la faire tétée en position semi assise allongée, le lait sort toujours en jet. Mais ce REF lui donne des rots, des gazs qui l'a font pas mal pleurer et ce n'est pas évident à gérer. On ne sait pas comment la soulager.

J'ai aussi la possibilité de faire du cododo la nuit. La mogette dort dans son lit accolé aux nôtre, ainsi la nuit je n'ai pas à me lever pour les tétées de 1h30 -5h30 et 7h15.

Pour le moment je viens merveilleusement bien cette allaitement, avoir un vécu de 18 mois déjà ça donne de bonnes bases. Je sais qu'il faut se faire confiance, ne pas trop écouter quand on essaie de nous dérouté de cette voie, même si je ne l'ai pas eu encore. Mais par ce qu'on ne sait pas tout je compte aller à une réunion allaitement prochainement quand même.

5 mars 2014 2 comments
0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Pour cloturer la semaine de l'allaitement j'aimerai vous remettre ici le récit de mon long allaitement.

Ce texte n'est pas si vieux, un an je crois mais j'ai rajouter l'après les 7 mois.

Cela ma tient à coeur.

 

"J'étais déjà convaincu des bienfaits et du côté pratique avant qu'elle naisse, mais en 18 mois ça n'a été juste que du bonheur.

  Je crois qu'on pourrait en parler des heures, car il y tellement à dire. D'ailleurs les associations le font mieux que moi. Mais voici ma petite expérience.

  Les débuts n'ont pas été des plus simple, la belette à la tétée d'accueil à fait plus que pleurer que de manger. Faut dire qu'on leur en demande beaucoup, en plus de plonger vers un monde de lumière trop vive, il faudrait en plus qu'il s'active à manger, alors que 5 min avant il était encore alimenter par le cordon ombilicale.

Mais 3 heures après sa naissance, elle a fait sa première vraie tétée, toute goulu, sans s'arrêter, comme une grande et sans difficulté.

Les premiers jours comme tous les bébés elle a perdu un peu de poid, ce qui est tout à fait normal. Il évacue le meconium de leurs intestins. Puis elle a reprit son poid de naissance, environ 1 semaines après.

Mais dès le lendemain de sa naissance, à la maternité, j'ai souffert de crevasses. D'abord je ne savais pas que c'était cela. ça faisait comme des gerçures sur les tétons, c'était une horreur! Quand elle tétait mes larmes coulaient de douleurs. Une telle douleur, encore plus forte que celle de l'accouchement, pour vous dire!

Je n'ai pas abandonner, car je savais que ça n'allait pas durer. Un remède est de laisser à l'air libre les plaies pour les faire sécher plus vite,et appliquer quelques gouttes de lait maternelle qui à de grande propriétés antiseptiques.

  Heureusement que je n'avais pas de visite prévu aussi ce jour là ^^ car imaginer toute la famille qui débarque, et la les seins à l'air libre;… "heuuu salut belle maman"

  J'ai dû usé aussi de bouts de seins en silicone, mais attention ça a été une aide ponctuel, et c'est pas mal déconseillé pour la bonne succion de bébé.

  Et puis elles sont partis comme elles sont arrivés.

  A coté de cela il y eu la fameuse montée de lait, deux jours après sa naissance. Heureusement à ma maternité on reste 5 jours, justement pour faire la montée de lait là.

J'ai eu les seins comme des obus on dit ^^, un truc de fou. Comment passé de mon petit 85A à un 90C. Mon ancien travail aurait halluciné, moi qui essayait les modèles en taille 85A pour les mise au point de produits (j étais dans la lingerie) , j aurais quelque peu explosé les soutifs!

Et donc, malgré les 15 conseils différents des sages femmes, on m'a bien conseillé. Mais pareil éviter les visites… car malgré tout les gens ne comprenne pas que ça va pas super, que vous soyez géné de sortir vos seins pour allaiter ce tout petit bébé qui ne prend pas encore super bien le téton. Et que vous pendant ce temps avez autre chose à faire que de surveiller qu'un bout de chair ne soit pas aperçu par beau papa!

En plus ça fait un peu mal, mais je vous assure que c'est l'affaire de 2/3 jours et après normalement les choses étant mis en place, et la montée de lait étant passé, on a plus de douleur.

Après à la maison, le rythme c'est fait au fur et à mesure.

J'ai commencé à tiré de temps à autres mon lait, pour partager aussi avec mon chéri ce moment d échange, et aussi pour pouvoir la faire garder quelques heures.

Je n'ai pas eu de difficultés majeures, ou alors j'ai trouvé des réponses sur le site de la  leache league ou à travers une ou deux réunions d'une association d'allaitement de ma région. Je suis passé au travers d'un petit engorgement, d'une baisse de lactation; des pics de croissance, des 6 premiers mois de but premier, puis des 12 mois,avec un arret de 18 jours pour mon voyage de noces (mais bébé toujours allaité avec mon lait), du passage au mixte chez la nourrice vers 10 mois et jusqu au sevrage naturel qui s est fait tout en douceur vers 17 mois.

Le petit passage le plus dur à été gérer les tirages pour que chez la nounou elle en ait assez. ça me stressait pas mal au début du temps plein, j'avais toujours peur de ne pas produire assez. Les stocks fait pendant mon congé maternité au congel ayant pas mal diminués, et fonctionnant en flux tendu (tirage de la veille pour le lendemain) j'ai acheté une boite de lait "au cas où'. 

La boite n'a pas été ouverte jusqu'a ce fameux voyage de noces, ou les 2 semaines de réserves ont été épuisés. Suite à cela j'ai abandonné le tire lait, plus le gout de voir quelques gouttes à peine par tirage.

J'ai pu tiré longtemps car j'étais chez moi, je tirais 3/4 fois pour un seul biberon qui desfois faisait à peine 150ml. Je pense qu'il était temps pour elle de passer de temps en temps chez la nourrice seulement au lait en poudre, que j'ai choisit le plus bio et naturel possible.
Les tétées ont continuer matin, soir et week end ou vacances. Vers 10 mois elle a manger le soir comme le midi, elle voulait de moins en moins sa tétée du soir avant le dodo. Vers 14 mois cette tétée fût mise de côté.

Le matin restait notre seule moment calin, mon chéri me l'apportait dans le lit avant qu'il parte, pour notre petit réveil en douceur. La tétée allongé cest le pied!
Mais vers 16 mois 1/2 elle commença à s'en détourner, elle perdait patience.
C'est ainsi que vers 17 mois 1/2 ce fût la fin.

La fin d'un allaitement calin,la fin d'un lien exclusif que j'ai voulu aussi entretenir pour laisser mon enfant grandir en douceur.

Aujourd'hui enceinte d'une petite mogette, jespère bien reproduire le même schéma.  J'espère que je n'aurais pas trop de difficulté mais je suis paré, prête, ready!"

19 octobre 2013 1 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest